AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lipatatorne :: SENPAI NOTICE ME :: zone rp 1 bis

rps primepoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:34






+ Tenue
Tu offris un grand sourire à Caleb quand tu le vis te rejoindre. Tu lui collas une bise sur chaque joue, histoire de montrer que tu étais une vraie ladie. Tu avais résisté à l'envie de lui faire un vieux check viril pas très classe dans ce contexte. Après tout, tu portais une robe. C'était pas tous les jours. « T'inquiète, je repérais les coins sombres, le buffet, ainsi que l'emplacement des enceintes... » Tu énumérais. C'était important de repérer le meilleur endroit pour te péter le crâne, te réveiller le lendemain complètement sourde, sans voix, et la tête vrombissant comme si on t'avait achevé avec un marteau-piqueur. Quelques minutes plus tard, une crinière flamboyante vous rejoignait. Casey. Tu te promettais de faire l'effort de retenir son prénom. Parce qu'elle avait l'air sympa, pas coincée, et qu'elle te proposait à boire. « Salut, moi c'est Krys. » Tu lui épargnais le fameux 'je m'appelle Krystina Ponikarov, j'ai 20 ans, et je fais partie des Wèngyards' enfin bref, le type de speech que tu tiens à un professeur, le premier jour des cours. « Oui, il a accepté de me prêter son bras au moment où je me casserai la gueule à cause de ces échasses diaboliques. » Tu commentais, pendant que tu te mordais la lèvre et que ton regard se dirigeait vers tes talons hauts. En réalité, tu ne comptais pas du tout l'importuner toute la soirée. Tu ferais comme à la patinoire : tu t'accrocherai aux bords - les gens qui passaient, les tables, et autres trucs sur ton chemin - avant d'avoir le courage de te rendre seule au milieu de la piste.

Une nana que t'avais vu rapidement dans les quartiers Wèngyards s'approcha de la petite troupe qui s'était alors formée. Elle faisait partie de ces personnes uniques qui pouvaient porter ce qu'elles voulaient sans paraître ridicule. Faut dire qu'elle avait une plastique de rêve, et qu'elle ne passerait pas inaperçue avec ces plumes d'un orange vif. « Mais bien sûr. » Tu répondais à sa question. Après tout, tu étais ici pour rencontrer de nouvelles personnes, alors tu n'allais pas l'envoyer balader. « Vos tenues sont toutes très originales. » Tu avais envie de faire une introduction-développement-conclusion-ouverture sur à quel point tu aimais la robe bleue de Casey, le noeud papillon et les bretelles de Caleb, sans oublier l'ensemble pop de la nouvelle venue. « Vous avez un objectif pour ce soir ? » Tu demandas, histoire de lancer un sujet de conversation. « Trouver l'amour ? Danser jusqu'à saigner aux pieds ? Boire jusqu'à ne plus se rappeler de rien ? » Tu proposas avec une moue malicieuse. Bien sûr, tout était dans l'exagération, mais ils t'avaient tous prouvé qu'ils n'étaient pas coincés, et tu doutais que vous rentriez tous en parfait état, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:34



Tu continuais à te brosser les cheveux, en soupirant. A quel point était-il têtu ? C'était lui qui avait cherché à faire n'importe quoi en jouant avec les sentiments naissants d'Elune, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même maintenant qu'il avait perdu toute chance de pouvoir créer une véritable relation de confiance avec elle. Ils étaient blessés chacun de leur côté, et les forcer à se voir ne ferait qu'envenimer les choses. Pourtant, tu ne te sentais pas responsable. « Jace. » Tu marmonnas avec agacement. « C'est bon maintenant, arrête de ronchonner comme une fille. » Tu tournas les talons pour lui faire face, et t'incrustas sur son lit, même s'il ne t'en avait pas donné l'autorisation, qu'importe. Tu en avais marre de le voir jouer au petit capricieux. « Tu veux pas mettre ta rancune de côté juste le temps d'une soirée ? » Tu avais envie de l'assommer un bon coup pour lui faire comprendre qu'il était en train de faire son gamin. « J'étais là pour Elune quand elle avait besoin de moi. Quand elle n'avait personne d'autre pour parler. » Tu marquas un silence, tout en déglutissant. « Tu ne le sais même pas hein. » Tu retournais vers la salle de bain pour déposer la serviette mouillée et récupérer des élastiques. Puis, tu venais reposer de nouveau tes fesses sur son lit. « Elle avait des sentiments pour toi. » Tu lui crachais à la figure, maintenant agacée. Parce que ça te bouffait de l'intérieur qu'il ai tenté de profiter d'elle de cette façon, qu'il aurait accepté la partager comme une vulgaire babiole. Il ne la considérait même pas comme un être humain. Il l'offrait à son frère comme un objet. Et parce qu'il avait eu cette idée complètement tordue, maintenant, il avait perdu Elune. Définitivement. « J'espère que tu vas la regretter longtemps, Jace. » Parce que des nanas en or comme Elune, il n'y en avait pas beaucoup. C'était facile de trouver des nanas pas trop connes, ou de trouver des nanas plutôt bien foutues. Mais c'était dur de trouver des nanas avec un caractère aussi entier que celui de la demoiselle, et un physique aussi avantageux que celui d'Elune en prime.

« Elune passera à autre chose. Toi aussi. Alors ce serait bien si tu arrêtais de m'en vouloir. » Surtout qu'au final, tu n'avais strictement rien fait. Tu t'étais contentée d'être le soutien moral de la Wèngyard, et d'avoir été là lorsque les jumeaux Weaver auraient bien profité qu'elle soit seule pour encore lui faire un petit coup foireux. Jace n'était pas ce genre de drama queen qui raconterait cette histoire à ces enfants. Enfin, tu espérais. Tu retournais vers ton placard, histoire de lui rendre son espace vital, inutile d'aller envahir le territoire du loup alpha. Tu ne voulais pas qu'il te bouffe la main en représailles. « T'es pas obligé de te faire subir ça, Jace. Je sais pas pourquoi tu as fait ça à Elune, mais elle ne le méritait pas, et tu le mérites pas non plus. » Tu commençais à tresser tes cheveux, en commençant par la racine, en fixant ton reflet dans le miroir. « Tu peux être un type bien, même si pour l'instant, la seule facette de toi que tu m'ai montré, c'était celle d'un détraqué sexuel. » Tes mots étaient crûs mais tu ne pouvais pas t'y prendre autrement. Il fallait que tu dises les choses telles que tu le pensais. Alors oui, peut-être que ça donnait l'impression que tu le jugeais, sans vraiment le connaître. Mais c'était ça. Il te prenait pour une nana stupide, et tu avais cette image de lui. Tu avais montré que tu étais prête à lui ouvrir la porte s'il voulait parler. Maintenant, c'était à lui d'avoir le courage de passer le péron et de prouver qu'il valait plus que ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:34



Tu ne sais pas pourquoi. Au fond de toi, ça grondait. Comme si t'avais envie de faire des conneries. Pour te venger. De qui ? De Maks ? En partie. Parce que vous étiez encore en train de jouer au chat et à la souris. Tu avais toujours approuvé ses relations, sauf Freja, peut-être parce qu'elle était carrément conne comme fille. Mais au moins, elle le satisfaisait un peu. Et tu savais que psychologiquement, elle ne t'arrivait pas à la cheville. C'était ta consolation. De t'imaginer au dessus de ces filles. Mais cette fois, pour la première fois, tu étais venue accompagnée d'un autre mec, de Caleb. Et il semblait ne pas pouvoir le supporter. « Tu crois qu'il va me faire du mal ? » Tu lui demandais avec tes faux airs de bambi, avec tes longs cils battant, perchée sur tes chaussures trop hautes qui te donnaient des airs qui ne collaient pas avec qui tu étais réellement. Mais qu'importe, dans la nuit, tu pouvais être qui tu voulais.

Tu avais envie de faire de cette fête un pur carnage. Tu avais envie de t'en mettre tellement plein la tête que plus aucune souffrance ne pourrait secouer ton pauvre corps de déglinguée. Tu espérais t'anesthésier assez pour ne plus rien ressentir. « Qui sait. » Tu répondis à la question piège qu'il venait de t'asséner en pleine poire. « Ou peut-être un autre quartier. » Tu éludas. Tu n'avais pas choisi ta destination terminale de la soirée. Et cette conversation te donnait mal au ventre. « Je n'ai pas grimacé lorsque j'ai vu défilé les demoiselles dans ton lit, moi. » Il y avait eu tout d'abord Maks, puis encore Maks et toujours Maks, pour toi. Tu n'étais jamais allée batifoler vers d'autres horizons parce que tu n'y arrivais pas. Parce que tu savais que tu ne pourrais t'empêcher de penser à lui. Que lorsque tu fermerais les yeux, il serait encore là. A hanter tes pensées, et que ça couperait tout ton désir. Avec hâte, tu buvais quelques gorgées supplémentaires de la fameuse liqueur qui allégeait le poids sur ta tête. Qui t'empêchait de penser toutes ces vilaines choses.

Même si cette envie de destruction ne voulait pas disparaître. Tu enroulais tes poignets derrière la nuque du blondinet, ainsi accrochée à son cou, et te balançant au rythme de la musique qui cognait fort au fond de tes tympans. « Et si je finis vraiment dans le même lit que Caleb, qu'est ce que ça va te faire ? » Tu murmuras, avec un air mi-attristé mi-mélancolique. Peut-être que c'était l'effet de l'alcool qui t'empêchait de penser de façon claire. Peut-être que c'était pour cela que chaque phrase semblait si vague. Tu étais lointaine, bien qu'accrochée à lui. « Tu vas aller le cogner ? » Tu soufflais en pleurnichant doucement. Il n'y avait pas de larmes. L'alcool te berçait entre ces deux états. Presque colérique, triste, avec une pointe de curiosité maladive. Il en serait capable. Tu le savais.

Et ça te brisait. Tu espérais qu'il te fasse assez mal pour n'avoir aucune pitié, pour aller faire ta vie dans ton coin. Mais même si tu le voyais flirter avec ces filles, tu l'acceptais. Tu fermais les yeux, et tu décidais d'oublier. Tu n'avais pas le droit de l'en empêcher. Alors pourquoi avais-tu toujours eu ce sentiment de lui appartenir ? Tu glissais ta main dans sa chevelure, tu attrapais une poignée de cheveux blonds, de façon assez ferme pour qu'il sente la pression, mais assez doucement pour qu'il ne se plaigne pas de la douleur. « Alors frappe-moi directement. » Tu marmonnais, en vacillant légèrement du haut de tes talons hauts. Tu récupérais ton équilibre, le regard un peu vide. Tu n'avais rien mangé, et maintenant, l'alcool se dirigeait tout droit vers ton pauvre cerveau. « Parce que c'est moi qui aurai fait ce choix. » Tes bras entouraient sa taille, pour se perdre dans son dos, alors que tu posais ta tête sur son épaule, en te balançant comme pendant une valse. Comme si Maks te berçait. Même si la musique n'était pas adaptée. Tu t'en fichais d'avoir l'air ridicule. Jamais tu ne serais ridicule dans les bras de Maks.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:34



Tu commençais à le trouver drôle ce prof. Il avait une bonne opinion de lui-même. Il manquait peut-être d'un peu de modestie. Après tout, si vous vous y mettiez à plusieurs, tu doutais qu'il fasse très longtemps la loi. Alors oui, tu pouvais miauler autant que tu le voulais. Maintenant, tu avais posé les armes et vous étiez à égalité. Il en savait autant que ce que tu savais. Le combat à mains nues pouvait commencer. « Museler. » Tu répétas. C'était amusant d'utiliser un tel vocabulaire quand on savait qu'il vouait un certain amour pour tout ce qui concernait attacher des jeunes filles. « Muselez un gros chat qui miaule, et il vous arrachera votre deuxième oeil, Mr Grimm. » Tu ajoutas en rigolant. Si Mr Grimm était un grand méchant loup, et toi un misérable petit chaton, tu n'hésitais pas à lui montrer tes jolies griffes pour qu'il comprenne qu'on ne mange pas ce qui ne fait pas partie de son régime alimentaire. « J'en prends note, ne vous inquiétez pas. » Tu soupiras alors que tu ne détournais pas ton regard du sien. Même si c'était totalement débile de penser qu'Elune se faisait passer pour une victime. Tu supportais mal qu'il la dénigre de la sorte et qu'il refuse d'assumer sa part de responsabilité. « Et s'ils n'ont pas peur ? Que se passe-t-il ? Il les mange, et il n'a plus personne à terroriser ? » Tu n'avais jamais vu la notion de prédation de la sorte. Pour toi, ça s'apparentais plus de la défense de territoire. « Si j'ai bien retenu quelque chose, c'est que les prédateurs les plus gros et bouffis peuvent bien galoper. Il y aura toujours de ravissants petits parasites pour les grignoter de l'intérieur. » Tu continuais en jouant avec tes cheveux, amusée par la tournure de la situation. C'est qu'il devenait autrement plus agressif le grand méchant loup, quand on commençait à le titiller. « Un mauvais souvenir ? » Tu répétas en éclatant de rire. « Vous comptez m'acheter une carte postale en sucre glace ? » Tu lui demandas alors que tu continuais de rire, provocatrice. Après tout, il n'allait pas t'attacher à un arbre et t'abandonner là, ni te passer par dessus bord de la navette, qui commençait d'ailleurs à approcher à l'horizon. Tu soulevais ton sac et le calais sur ton épaule, observant le bateau qui se dirigeait vers vous. Il se rapprocha de nouveau pour envahir ton espace vital.

« Je me demandais seulement ce qu'il arrivait à un professeur lorsqu'on apprenait qu'il fricotait avec ses élèves. » Il était viré, n'est ce pas ? C'était de la menace. Tu lui faisais clairement comprendre que s'il s'approchait de nouveau d'une élève, et surtout d'une Wèngyard, ou pire, d'Elune, tu ferais en sorte de l'envoyer assez loin, dans un endroit lugubre, froid et cruel qu'on appelle la prison. « Ça va tellement vite, de nos jours, vous savez. » Tu dégainais ton téléphone avec un sourire en coin. « Hop. Un petit message, et un petit lionceau en fait miauler cinquante autres. » Tu souriais, tes doigts te brûlaient. Tu n'avais qu'une envie, c'était pousser le professeur jusqu'à l'explosion, pour qu'il montre sa vraie personnalité, lui qui commençait à gronder de plus en plus. Par où tu commencerais ? Maks, sans doute. Ensuite, Elune. « Le problème avec les parasites, c'est qu'ils se nourrissent de vous sans vous tuer, jusqu'à ce que vous ne leur serviez plus à rien. » Tu laissas passer un silence en continuant de pianoter sur ton téléphone. Tu regardais la navette qui s'approchait de plus en plus, alors que le soleil embrassait l'horizon. « J'ai vraiment hâte de rentrer à l'académie et de raconter toutes mes merveilleuses histoires à mes amis. Ils vont adorer. » Tu concluais en braquant l'objectif de ton téléphone vers toi, pendant le flash lumineux t'éblouissait, et que tu observais avec un petit sourire le résultat de ta petite selfie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:35



Vos yeux se rencontrèrent. Shit. Erreur fatale. Tu tentais d'accrocher ton regard à quelque chose d'autre, mais il se dirigeait vers toi. Trop tard, tu n'avais pas le temps pour réfléchir à une solution. Tu lui offrais un sourire figé. « Maaaks. » Sur le même ton que lorsqu'on revoit quelqu'un après un long moment d'absence. Comme si tu ne t'y attendais pas. Tu aurais croisé le blondinet quoiqu'il arrive. Tu fronçais les sourcils quand il évoqua ta tenue. « Hmm, oui, c'est possible. » En réalité, tu ne t'en souvenais pas. Car c'était le plus souvent lui qui te récupérait à la petite cuillère que l'inverse, en plus d'avoir une faculté assez extraordinaire pour ne jamais te souvenir de ce qu'il s'était passé la veille. Un petit rire gêné s'échappa de tes lèvres lorsqu'il évoqua la fameuse fois où il avait eu la délicatesse de vider son estomac sur un mec qui passait par là. « Et moi, je fais un petit tour pour saluer les gens. » Tu t'étais promis de rester sage à cette soirée. Parce que tu gâchais avec joie les soirées des autres, mais celle-ci était la tienne, la première dans une très longue lignée. Tu étais heureuse de faire partie de cette jeunesse décadente qui ne se souciait pas des dangers, des frontières à ne pas franchir, des mots qui blessent.

Il évoqua Caleb en l'appelant par son nom de famille. Tu ne savais pas s'il l'avait fait de la sorte parce qu'il ne l'aimait pas, ou juste par pure habitude de nommer les gens par leur patronyme. « Je croyais que vous étiez amis. » La façon dont il parlait de lui ne te plaisait pas beaucoup. « Et détrompe-toi, il est vraiment sympa. » Maintenant, la colère commençait à pointer le bout de son nez. Tu avais toujours crû qu'il ne te jugerait pas, mais d'une certaine façon, il le faisait. « Et alors, toi tu es bien venu avec... » Tu penchais la tête pour observer le petit groupe. « Elune ? » Tu murmuras d'une petite voix. Il avait déclaré n'avoir aucune cavalière pour le grand soir, même s'il avait pensé à Freja. Peut-être que les choses avaient changé depuis. Dans un sens, tu te sentais trahie. Tu aurais préféré que ce soit le cas, que ce soit la blondasse qui soit accrochée à son bras, et non Elune. Parce que tu appréciais Elune. Et parce que tu connaissais Maks. Tu savais ce qu'il se passait quand il ramenait une fille. Tu connaissais le moindre de ses vices pour en partager quelques uns avec lui.

Tu sortais la bouteille de vodka de ton sac à main et la collais contre la joue du blondinet. « Au moins, moi, je n'ai menti qu'à moitié. Regarde, j'ai ramené ma meilleure amie. » Parce qu'elle était toujours là si tu avais envie de tout oublier, qu'elle te désinfectait le cœur, en plus de brûler ton œsophage. Et tu étais amère parce que même si ton cerveau te criait qu'Elune et Maks n'étaient que des bons amis, tu savais exactement dans quelle position ils étaient chacun. Tu avais repoussé Maks. Et Elune avait définitivement besoin d'affection. Et ces deux facteurs étaient compatibles à de nouveaux drames qui ne manqueraient pas de secouer les Wèngyards. « Tu as raison après tout, elle est mignonne. Oubliez juste pas de vous protéger. » Tu déclaras en ouvrant la bouteille et en buvant une gorgée du liquide translucide. Tu la tendais vers Maks. Peut-être que lui aussi avait envie d'oublier ce que tu venais de dire. Parce que là maintenant, tu t'imaginais pleins de petits blondinets, avec le caractère d'Elune, courant partout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:35



What was your problem ? You couldn't get tired of parties. Your whole life was a sweet mixture of blackouts and tough mornings. You smiled when you saw the sequined dresses and the fancy tuxes among the dancers. You turned you gaze to look at your little group that you left just for few minutes, because you were totally craving for orange juice at the moment. You wanted to take it easy since the party just began. But your head was a mess, because of what all happened before. Because something had been broken during your last conversation with Maks, and the pain was still sharp. You couldn't resist to move your body along with the music, even if your hands were shaking the red plastic cup filled with the holy orange juice you dreamed of.

You knew the basic rules. Rule 1 : don't get wasted too fast. Because how are you suppose to enjoy your little party if you are already dying on the floor ? Rule 2 : meet new people. Well, that's pretty much the defination of an integration party, but your goal was to try others things, to meet others students than the Wèngyards even if the most of them were lovely. You wanted to make a huge gap between the Wèngyards problems and you. Rule 3 : no cellphone number exchange. Because there aren't more horrible things than the regrets following you the day after. No, no and no again. Thinking about your cellphone, you took it out of your handbag and checked for any text message. Nothing. Well, there was a time when you gently spammed Maks, but now it was over. You started to text him "you okay maks ?" No. Wrong. Delete. He would say yes anyway and the conversation would stop there. "Sorry about earlier." Deleted as soon as you wrote that shitty message. You sighed and threw it away. Now you were bitter, and the world was no longer funny. You knew it was your first bad decision of the night but you took out the little vodka bottle you managed to hide in your handbag and poured some in your cup.

You downed the mixture with practised ease and smiled brightly. You were young, free and somewhat single. What isn't there to celebrate ? You had the rest of your life in front of you. The most you can do right here, right now is to make sure that you were having the time of your life. After all, you weren't going to be young forever. Sonner or later, she were going to have to grow up. Hold down a job, pay bills, have actual responsabilities. And then, it'll all end. Just like that. You shaked your head decisively. Now wasn't the time to think of that. You found the chips bowls and put some right in your mouth. A guy you didn't know laughed when he saw the way you were feeding yourself with the elegance of a cavewoman. It made you squirm. You weren't used of men looking at you, not because you were shy or anything like that. The extremely simple explanation was that you were still sober. You deserved your title of "Party Queen", thanks to the way you always finished totally wasted in a stranger's bed, or even funnier... in your bed, with your cousin.

You were the extreme opposite of the Prom Queen conception, all girly and cute. You put your cup on a table, and started to move your body along with the rhythm, your hips following the hypnotic tempo. In the crowd you noticed Maks, and your heart rate suddenly increased. You weren't going to run away, even if you really wanted to. Maybe, he'll walk pass you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:35



Ton esprit était embrumé depuis quelques jours. La grande discussion avec Maks, la petite altercation avec les jumeaux Weaver, sans oublier le passage de Caleb qui était resté assez mémorable. Et puis, tu n'avais plus trop de nouvelles d'Elune, tu commençais à douter de son passage à la soirée d'intégration, même si tu comptais vraiment sur sa présence pour égayer un peu tout ça. Tu sortais des douches, habillée, les cheveux entortillés dans une serviette rose bonbon, ta brosse à dent dans la bouche et tes chaussons en poils de laporeille aux pieds. Tu débarquais comme une fleur sans même te rendre compte qu'il y avait quelqu'un d'autre. Jace. Non. Tu continuais à te dandiner en jetant distraitement tes chaussons dans ton placard d'un mouvement de grâce inouï, et en fredonnant un petit air que tu avais entendu à la radio plus tôt. « A cause des garçons, on met des bas nylons, on se crêpe le chignon... » A l'aide du miroir intérieur de ton placard, tu continuais à te frictionner avec efficacité les dents, pendant que le même air était répété en boucle. « BWARRRR. » Tu avais manqué de t'étranger avec du dentifrice en remarquant Jace dans le reflet du miroir. Tu toussais, alors que tu retirais la serviette au dessus de ta tête pour t'essuyer la bouche avec. « Heu. Salut. » Tu te corrigeais, sans trop savoir si tu devais le saluer ou pas. Aussitôt, tu te mordais la lèvre inférieure en évitant son regard. Merde. Peut-être que tu aurais mieux fait de l'ignorer. Après tout, avec tout ce qu'il avait fait à Elune, ça restait un sale type. « Je sais que tu veux que je dégage. Mais sache que je vais rester. » Tu déclaras histoire de montrer que t'étais une nana froide, même s'il manquait cruellement du charisme à ta petite tirade. Le peu de fierté que tu possédais s'était envolé alors que tu t'étais déhanchée devant lui en chantant un vieux truc has been.

Tu attrapais ta brosse et tentais de disciplinée ta chevelure mouillée. Un silence de mort s'était installé. C'était insupportable. Tu craquais. « Et. Heu. Tu fais quoi ? » De nouveau, tu regardais tes pieds en t'insultant intérieurement. Bah que voulais-tu qu'il fasse ? Il était allongé sur son lit, en train de se reposer. Quoi d'autre ? « Tu fais une drôle de tête, t'as mangé un truc bizarre ? » Et d'un seul coup, tu te sentis obligée de commenter ce que tu avais mangé le midi même comme si c'était la transition parfaite. « Moi j'ai essayé le truc là. Le bourguignon du self. Je me sens toute barbouillée, je sais pas si je vais m'en remettre. » Après tout, c'était compliqué d'ignorer totalement un mec qui dormait dans le lit juste à côté du tien, qui utilisait la même salle de bain, qui revenait pour s'allonger dans ce même lit tous les soirs. Tu regrettais le temps où vous discutiez librement tous les quatre. Le temps où il n'y avait aucune tension. C'était passé si vite. Trop vite. Et Jace restait un Wèngyard. Il faisait partie de la même famille à laquelle tous les violets appartenaient, et même si tu lui en voulais, même si tu le craignais d'une certaine façon, tu savais qu'il y avait un temps pour ronchonner dans ton coin, et qu'il y avait un temps pour pardonner ses erreurs. « Je sais que ce sera pas du goût de tout le monde. Mais j'attends de voir ta tête à la soirée. » Tu balanças plus sérieusement, maintenant que tu avais compris que tu ne craignais pas grand chose. Jace n'allait pas te sauter dessus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 301
Age : xx années.
Activité Professionnelle : trainee
Célébrité : krystal
Crédits : ta mère
Voir le profil de l'utilisateur http://lipatatorne.forumactif.org
Message
Jeu 11 Fév - 16:36



Un petit rire mesquin s'échappa de tes lèvres lorsqu'il évoqua le fait qu'il prévoyait de zigouiller gentiment trois élèves parmi tous les volontaires. Tant mieux, ça rajouterait un peu de piment à la sortie. Au pire, tu te couvrirais les yeux au plus mauvais moment, tu n'étais pas vraiment douée dans le rôle de la ramasseuse de cadavres. « Mais c'est très rassurant tout ça. Je rédige mon testament dès ce soir. » Même si au fond, le professeur avait dû déjà comprendre qui tu voyais bien dans le rôle des victimes - aka ceux qui portaient les couleurs oranges et vertes - et que ça t'arrangerait bien si les Wèngyards étaient épargnés. Au final, tu n'avais pas vraiment réussi à déceler les relations qu'il entretenait avec Maks et Elune. « Vous ne pouvez pas attendre d'empathie de la part de vos élèves. » Tu croisais les jambes en tailleur sur le banc, en penchant la nuque et observant les vagues qui s'écrasaient sur la côte. « Je fais partie de ceux qui pensent que les établissements scolaires sont un monde cruel, où il faut survivre d'une toute autre façon que celle que vous nous enseignez. » Ta cigarette revint se déposer sur tes lèvres, pendant que tu remémorais ces années où tu avais posé tes fesses sur les bancs de l'école, tous les jours, entourée de ta clique de pote bizarres. « Si t'es seul, tu te fais bouffer par la première meute de chiens galeux que tu croises. Et tu finis en train de pleurnicher et de te faire racketter par les petits caïds, dans un coin sombre de la cour. » Et il y avait bien une unique espèce qui réussissait à survivre seule malgré tout dans ce monde cruel de la pré-adolescence. « Et pourtant, vous êtes là, vous. Seul devant une classe entière. Qui ne désire qu'une chose : vous envoyer en dépression. Alors comment vous survivez ? » Vous connaissiez tous les deux la réponse, car tu avais toi-même fait partie d'une meute. Et lui, parce qu'il avait lui-même dû se tenir debout, devant vous, jugé, épié.

Alors quoi ? Qu'attendait-il de toi, de vous ? Tu ne ferais jamais ami-ami avec un professeur, car c'était enfreindre cette règle qui voulait qu'on ne mélange pas les mondes. Ta meute, c'était Maks et Elune. Et tu continuerais à montrer les dents lorsqu'on te réclamerait de faire quelque chose, de venir en cours. « Vous avez de l'empathie pour nous ? » Bien sûr qu'il en avait. Il en avait même trop pour Elune, dans un sens, ça te révoltait. Mais tu ne désirais qu'une chose : que Grimm ne lui fasse aucun mal. S'il la jetait, tu serais là pour la prendre dans tes bras, et pour la consoler, lui apporter des mouchoirs, pour pleurer avec elle pendant la scène où le Titanic coule, pour hocher la tête pendant qu'elle l'insulterait de tous les noms. « Parce que vous ne devriez même pas en avoir. Vous ne devriez même pas y penser une seule seconde. » Jamais tu n'avais considéré que tes professeurs possédaient un statut d'humain propre. Pourquoi ? Parce qu'un prof, on ne sait rien de lui. Un prof ne raconte pas sa vie à ses élèves. Un prof ne se montre pas tactile avec ses élèves. Et tu avais bien envie de lui reprocher ce qu'il avait fait avec Elune. Il aurait pu la repousser. Mais il avait cédé. « Nos vieux démons nous rattrapent toujours. » Tu concluais, autant par sa dernière tirade qui te visait directement que par ta petite explication.

Tu tournais la tête vers lui, écrasais le mégot de ta cigarette sur le banc avant de le jeter dans ton cendrier de poche que tu rangeais distraitement. « Et pour vous, provoquer un professeur, c'est de la survie ou du suicide ? » Tu n'avais plus envie de jouer. Tu en savais assez sur lui pour savoir que c'était un homme intelligent, qui n'avait pas profité d'Elune sans savoir exactement quoi il jouait. « Je pense que c'est comme flirter avec une élève. C'est de la survie si personne n'est au courant. Et c'est du suicide quand de viles rumeurs commencent à se soulever un peu partout. » Tu ne t'étais pas montrée délicate. Tu n'avais pas pris de pincettes. Tu étais allée droit au but sans pour autant évoquer le prénom d'Elune, même s'il était sur le bout de tes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

rps primepoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Sujets similaires

-
» Primepoc / TOP
» [Capture] Fblblblbl - Toi aussi trouve des titres de rp originaux.
» That was unexpected ▬ Frej Styrbjörn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lipatatorne :: SENPAI NOTICE ME :: zone rp 1 bis-